Édition 2021 à Nice

Le labyrinthe des muses

De Daniela Donisi.
Dans l’antiquité, les Muses étaient au nombre de neuf, représentant l’idéal suprême, la vérité absolue : Clio, Thalie, Érato, Polymnie, Calliope, Terpsichore, Uranie, Melpomène…Elles étaient en charge de tous les domaines artistiques.

- Image en taille réelle, .JPG 1,82Mo (fenêtre modale)

LE JARDIN

Dans l’antiquité, les Muses étaient au nombre de neuf, représentant l’idéal suprême, la vérité absolue : Clio, Thalie, Érato, Polymnie, Calliope, Terpsichore, Uranie, Melpomène…Elles étaient en charge de tous les domaines artistiques.

La rencontre avec les Muses : pourquoi l’inspiration apparaît-elle aussi soudainement qu’elle s’évapore ? Cette merveille est entourée d’une aura de mystère et d’imprévisibilité. Il est difficilement envisageable de l’obtenir sur commande. On peut l’invoquer mais rien ne dit qu’elle apparaîtra. Pourtant, parfois, elle arrive spontanément pour s’envoler tout aussi rapidement et ce, pour longtemps

L’artiste souffre alors en attendant sa prochaine visite mais, plus il l’invoque, plus elle devient insaisissable. Il ne sait pas comment s’y prendre pour l’obtenir, c’est le fameux syndrome de la toile blanche.

La visite du labyrinthe des Muses est comme un parcours initiatique, accompli en traversant un péristyle bleu (évocation du monde classique rendu contemporain par la coloration). Il symbolise le chemin parcouru par chaque artiste au cours de sa quête personnelle. La tête dans les nuages, il prend conscience de son caractère unique et de la nécessité de communiquer la vision du monde qui lui est propre. Il transforme son expérience, faite de déboires, d’obstacles à surmonter, de succès, de revers, en une beauté artistique qui guérit l’âme.

De l’envie de s’exprimer, provient l’inspiration, cette étincelle vitale de créativité lui permettant de transformer l’ombre en lumière.

L’itinéraire de visite commence par une chaussée discontinue reposant sur un tapis de sedum, afin de souligner l’aspect chaotique de la vie des artistes qui se retrouvent souvent à devoir arbitrer entre prudence et choix courageux. S’en suit un chemin en continuité couvrant le chemin de gravier. Cette alternance entre discontinuité et continuité symbolise le fait que la liberté créative est une capacité que l’on peut perdre.

"Musaikòn" en grec signifie "le travail patient des Muses". Il s’agit de l’origine du mot "mosaïque". Or, ce jardin, dédié aux Muses est composé comme une grande mosaïque de plein air. Un labyrinthe marqué d’expériences sensorielles symboliques (visuelles, olfactives, auditives et tactiles pour le visiteur) menant à la rencontre des Muses, après quoi l’inspiration devient pure luminosité. La matrice végétale luxuriante composée de Sedum, Agrumes, Graminées ornementales, de plantes méditerranéennes, aquatiques et succulentes et de 130 jasminum polianthum, en pleine floraison fait référence au Jardin des Hespérides, lieu mythique réservé aux Dieux, où le printemps est éternel.

PAYS

Italie

LES CONCEPTEURS

- Image en taille réelle, .JPG 1,51Mo (fenêtre modale)

  • Daniela Donisi, Architecte, créatif et jardinier, à Savone, Italie
  • Giorgio Broccardo : Ingénieur mécanique à Savone, Italie
  • Luca Luzzini : Jardinier, titulaire de « Ethical garden » a Vertemate con Minoprio, Italie
  • Desirée Doljak : Apiculteur et Horticulteur titulaire de « La Piuma » Savone, Italie
  • Fabrizio Duca : Géomètre et jardinier, Talamona, Italie

PARTENAIRES DE LA RÉALISATION

Viaggi Floreali, Resin pro

Les accès aux jardins sont assujettis aux contraintes sanitaires en vigueur.